33 reviews
4,2/5
Découvrir plus

Contrôle élévateur aérien

Qu’est-ce qu’un élévateur aérien

Pour pouvoir travailler en toute sécurité à grande hauteur, on utilise un élévateur aérien. Un élévateur aérien peut servir à plusieurs travaux, comme la construction d’un complexe, pour laver les vitres, exécuter des travaux de toiture, mais également par les services d’incendie. L’élévateur aérien des pompiers est utilisé non seulement en cas d’incendie, mais aussi pour pouvoir sortir des personnes de leur habitation en toute sécurité en cas d’urgence.

 

Le bras hydraulique de l’élévateur aérien permet à la nacelle d’arriver à la hauteur souhaitée. Les élévateurs aériens sont entraînés par un moteur diesel ou électrique, mais il est possible que l’élévateur aérien démarre également au gaz ou à l’électricité. Dans certains cas, il peut s’agir aussi d’une combinaison des deux.

 

Pour pouvoir travailler en toute sécurité, l’élévateur aérien doit être contrôlé tous les 3 mois.

Inspection

Inspection de mise en service élévateur aérien

Avant qu’un élévateur aérien puisse être mis en service par un organisme de contrôle, le dispositif doit être soumis à un contrôle administrative et technique.

 

Le contrôle administratif vérifie la présence d’une déclaration de conformité CE valide, ainsi que la conformité. Il est également important qu’un mode d’emploi soit présent, et qu’une plaquette d’identification du fabricant soit visible. Le contrôle administratif des élévateurs aériens ne constitue certes pas une formalité.

 

Le contrôle technique de l’élévateur aérien consacre beaucoup d’attention aux manquements qui peuvent mettre en danger la sécurité de l’utilisation de l’élévateur aérien, et on contrôle également l’état général de l’élévateur, comme les câbles et conduites, et éventuellement aussi le générateur lorsqu’il y en a un. Ce contrôle de l’élévateur aérien détermine si on peut travailler avec le dispositif ou pas.

Les élévateurs aériens sont souvent utilisés sur les chantiers ; un contrôle trimestriel d’un élévateur aérien est obligatoire.
Utilisation d’un élévateur aérien sur chantier

Contrôle périodique de l’élévateur aérien

Lors du contrôle périodique d’un élévateur aérien qui doit avoir lieu tous les 3 mois, notre contrôleur inspecte en détail les points suivants:

  • La présence des indications réglementaires comme le label CE et la déclaration CE;
  • La fonctionnalité des fins de course, des organes de commande, des vérins et des freins;
  • L’état général des dispositifs de sécurité, porteur, câbles et chaînes.

Les points suivants sont vérifiés lors de chaque contrôle de l’élévateur aérien, 4 fois par an. Pendant l’un de ces contrôles trimestriels de l’élévateur aérien, on vérifie également l’état général des mécanismes, châssis, conduites et vérins hydrauliques.

 

 

Législation application au contrôle des élévateurs aériens

L’inspection de mise en service d’un élévateur aérien se fait selon le RGPT (Règlement général de Protection du Travail) article 280. Le contrôle périodique de l’élévateur aérien est effectué suivant le RGPT articles 281 et 269bis.

 
Un camion de pompiers peut lui aussi être équipé d’un élévateur aérien pour pouvoir intervenir rapidement en hauteur en cas d’urgence. Un contrôle est obligatoire dans ce cas.
Elévateur aérien sur un camion d’incendie
Toujours à votre disposition.
Cher client,

OCB continue à effectuer vos contrôles, à condition que les mesures ci-dessous, imposées par le SPF Economie et SPF ETCS, soient respectées.

CONTROLES ELECTRICITÉ (INDUSTRIEL ET DOMESTIQUE)



Vu les mesures prises par le gouvernement fédéral pour gérer la crise du Covid-19, de nombreuses questions se posent concernant les activités des organismes agréés chargés des contrôles des installations électriques. Ces activités de contrôle font partie des missions déléguées par l’autorité. En ce qui concerne la question de la réalisation des activités de contrôle, la position du SPF Economie sur cette question est la suivante :

Celles-ci peuvent se poursuivre sous réserve que les consignes actuelles et futures du gouvernement fédéral et que les conditions suivantes soient suivies :

  1. reporter le contrôle à une date ultérieure si celui-ci n’est pas urgent ou vraiment nécessaire sauf si le client en fait explicitement la demande après consultation interne;
  2. les contrôles dans des lieux à risque accru doivent être reportés, comme par exemple dans des habitations occupées en ce qui concerne les installations domestiques: Doit être privilégié les contrôles dans des habitations vides d’occupation, comme par exemple : nouveau bâtiment inoccupé dans l’attente d’un raccordement ou bâtiment en vente et inoccupé. Dans les autres cas, la visite doit être reportée si il n’y a pas de nécessité ou d’urgence. Lors d’un contrôle, toutes les mesures de prévention doivent être prises pour la sécurité de l’agent, après consultation interne;
  3. si un contrôle a lieu, il est nécessaire de prendre toutes les mesures de prévention lors du contrôle (distance de sécurité, port d’équipements de protection individuelle, …).

Pour des recontrôles dans les installations domestiques, il est toujours possible de demander un report du délai via notre adresse e-mail : gas.elec@economie.fgov.be

Le gouvernement instruit les organismes de contrôle de seulement réaliser les activités de contrôles qui sont nécessaires.

CONTROLES ENGINS DE LEVAGE



Par la présente, je vous communique la position des autorités :

  1. Les inspections sont une mission déléguée par les autorités. Dans l’état actuel des choses, ces inspections doivent avoir lieu ;
  2. Les inspections dans des institutions présentant des risques accrus (hôpitaux et maisons de repos) doivent être reportées, sauf si le client en fait explicitement la demande après consultation interne ;
  3. En ce moment, il n’est pas question d’un « lockdown ». Des contrôles techniques peuvent encore avoir lieu, tant que l’on respecte les mesures imposées par le centre de crise, en particulier les mesures d’hygiène et la distance sociale ;
  4. Si l’accès à l’appareil est refusé, une décision de contrôle ne peut pas être prise. La décision de contrôle précédente n’est en tout cas pas réitérée. La conclusion est qu’une décision ne pouvait pas être prise étant donné que le contrôle ne pouvait pas avoir lieu ;
  5. Après la crise, il peut être analysé en fonction du nombre de contrôles si la meilleure stratégie est soit de rattraper les contrôles qui ne pouvaient pas avoir lieu, soit d’organiser les contrôles lors de la période suivante.